Et pourquoi pas un jour, une médaille de vermeil ?

Alice, 14 ans, est en classe de 3éme au collège Sainte Marie. Elle est à cet âge où on est tiraillé entre passion et aspiration.

Récemment, à la suite des attentats du 13 novembre, elle a rédigé une courte nouvelle pour exprimer son émotion, celle qui a traversé toute la communauté française. De l’émotion, il y en avait dans ce qu’elle a écrit. En peu de mots, dans un style efficace, vivant, elle a su faire partager le sentiment d’effroi qu’ont ressenti les victimes. Plus encore, elle a traduit la force qui nous anime tous depuis ces tragiques événements ; nous ne céderons pas à la peur.

Son professeur de français ne s’est pas trompé, Alice est prometteuse.

« J’écris depuis deux ans, confie l’adolescente. Je lis beaucoup. » Il est vrai qu’elle maitrise instinctivement certains code s de l’écriture. « Alice est très curieuse, ajoute sa mère Béatrice. Elle apprend de tout, elle apprend ».

Mais Alice, comme la plupart des jeunes de son âge ne sait pas précisément ce qu’elle veut faire plus tard. Il n’en demeure pas moins qu’elle est tentée par un métier qui la mettra en contact avec la littérature, l’écriture.

Mais, pleine de projets, elle a pour objectif de participer à des concours de nouvelles. « J’aimerais voir comment je me situe par rapport à d’autres, précise-t-elle »

Certains auteurs comme Anna Gavalda ont débuté ainsi une carrière. Le chemin est encore long.

« Le génie, c’est 5 % d’inspiration et 95 % de transpiration » disait Thomas Edison. Pour l’écriture, c’est pareil.

Alice a déjà l’inspiration. Je vous colle mon billet qu’on parlera certainement d’elle un jour.