Construit par Gustave Eiffel entre 1879 et 1883, détruit pendant la seconde guerre mondiale, puis reconstruit en 1947, le pont qui relie Cubzac les Ponts à Saint Vincent de Paul montrait des faiblesses. Plusieurs piles, fragilisées par le temps, menaçaient.

C’est pourquoi le département de la Gironde a décidé sa réhabilitation. Le projet d’une durée totale de 40 mois coûtera près de 27 M€. La phase des études réglementaires de 19 mois vient de s’achever avec l’obtention voici une semaine de la dernière dérogation pour destruction d’espèce protégée. En effet, le ver décapode à pois jaune, dont se nourrit la gallinette cendrée cubzaguaise, se nichait au pied de l’ouvrage.

Les travaux peuvent commencer. Le chantier durera 21 mois, de février 2016 à novembre 2017. Les pierres altérées seront restaurées, les mortiers ciment remplacés par des mortiers à la chaux, les piles du pont consolidées et une dalle de béton renforcera la route. De plus, une circulation douce pour les piétons et les cyclistes complètera l’ouvrage.

Bien entendu, le chantier aura un impact important sur la vie locale.

Quotidiennement, 14 000 véhicules empruntent le pont. Or, celui-ci fera l’objet d’une circulation alternée pendant la quasi-totalité des travaux, hors l’interruption totale de mi septembre à mi décembre 2016. Il faudra alors modifier ses habitudes de circulation.

La circulation alternée allongera les temps de circulation. Les transports scolaires devront adapter les horaires de ramassage. C’est notamment ce qu’a prévu le réseau Transgironde avec une information aux usagers par fiches horaires, site internet ou disponible dans les mairies.

Pendant la période d’interruption de la circulation (3 mois), les 14 000 véhicules quotidiens emprunteront les voies de Saint André, à la limite de la saturation à certaines heures de la journée pour accéder ou revenir de l’A 10. Ce trafic sera concentré sur le rond point Cousteau, les abords de l’école Rosette Chappel et l’avenue de la République. Outre l’élévation du niveau de pollution, déjà considéré comme important, l’afflux des véhicules multipliera les risques d’accidents aux heures de sortie d’école. Celles-ci qui connaissent déjà les problèmes de stationnement.

Bien que la SNCF soit associée au projet, il n’y aura ni meilleur cadencement, ni voiture supplémentaire pour les trains de la ligne 17, pourtant déjà saturée.

A l’issue de la séance de présentation du projet, les questions ont fusé. Une mère de famille a demandé des billets d’excuse disponibles dans les bus pour les enfants en cas de retard. Une habitante propose que les panneaux d’information municipaux de Saint André indiquent les problèmes de trafic, d’autant que ceux de dernière génération en réseau ont été annoncés pour 2014.

Le pont nouveau sera livré début 2018, après 21 mois de chantier. Mais sans être repeint, précise le maitre d’ouvrage.